Partager
L'Oeil
Espace santé | Cahiers 2011-10-12 23:59:31
Page 1 de 2
  • Partager
    Page 1

    COMPRENDRE | PRÉVENIR | SOIGNER Vol. 1 | no.3 PROMOTION L'ŒIL

  • Partager
    Page 2

    PROMOTION LES CAUSES Une infection virale ou une infection bactérienne, une allergie au pollen ou des produits de maquillage périmés peuvent notamment causer une conjonctivite. Une conjonctivite infectieuse est très contagieuse, surtout parmi les enfants, d'où l'importance de retirer de la garderie un enfant atteint de cette maladie. La meilleure façon de prévenir la propagation, même d'un œil à l'autre, est le nettoyage adéquat et fréquent des mains, à tout le moins chaque fois que l'œil est touché. CONSULTER LE MÉDECIN Si la vision devient trouble, réduite. ? Si une douleur intense et localisée est présente, telle la sensation d'avoir une aiguille dans l'œil. Si la lumière est intolérable. S'il n'y a aucune amélioration après trois jours de traitement. D'AUTRES QUESTIONS ? Parlez-en à votre pharmacien car, votre santé, c'est tout ce qui compte. Cette publicité est payée en collaboration avec LE POINT DE VUE DE DOMINIC CHAREST PHARMACIEN- PROPRIÉTAIRE AFFILIÉ À TRAITER L'ŒIL ATTEINT DE CONJONCTIVITE La conjonctivite se manifeste par une rougeur à l'œil ou aux deux yeux, et provoque parfois une intolérance à la lumière, souvent accompagnée de larmes ou de la sécrétion de pus. TRAITER LA CONJONCTIVITE La majorité des conjonctivites se traitent avec un antibiotique sous forme de gouttes ou d'onguent ophtalmique. Appliquez le médicament de la façon suivante : Après vous être lavé les mains, inclinez la tête légèrement vers l'arrière et tirez la paupière inférieure de façon à former un réservoir. Déposez les gouttes dans ce réservoir, ou appliquez un filet d'onguent. En maintenant l'œil fermé, faites-le bouger de tous les côtés pour répartir l'antibiotique autour du globe oculaire. Gardez l'œil fermé durant une minute. Essuyez l'embout de la bouteille après chaque utilisation et avant d'appliquer des gouttes dans l'autre œil, si les deux yeux doivent être traités. Si vous utilisez un onguent antibiotique, prenez quelques précautions : Si l'œil est infecté, ne le frottez pas et ne le touchez pas. Lavez-vous les mains fréquemment et nettoyez l'œil régulièrement avec un papier mouchoir ; évitez les débarbouillettes, qui peuvent transmettre l'infection. Si vous portez des lentilles de contact, cessez pour quelque temps. Après la guérison, utilisez de nouvelles lentilles pour ne pas vous réinfecter. Visitez

  • Partager
    Page 3

    La nouvelle série de fascicules Espace santé convie ses lecteurs à des rendez-vous éducatifs et imagés, valorisant la prévention et l'information. COLLECTIONNEZ-LES TOUS ! L'ŒIL SOMMAIRE CAPSULE DE VOTRE PHARMACIEN BRUNET [2] COMPRENDRE LE CORPS Introduction anatomique PROCHAINE PARUTION LE 28 OCTOBRE [LE DIABÈTE ET LES TROUBLES HORMONAUX] Pages 5 à 12 tirées de l'Encyclopédie familiale de la santé. L'œil [5] Le mécanisme de la vision [6] Les amétropies [7] Les inflammations de l'œil [8] La cataracte [9] Le glaucome [10 ] Les rétinopathies [11 ] La rétinopathie diabétique [12 ] AIDE ET RESSOURCES [ 15 ] Ce fascicule est principalement tiré de l'Encyclopédie familiale de la santé. L'ouvrage intégral décrit plus de 400 maladies et propose un tour complet du corps humain. L'Encyclopédie familiale de la santé a été créée et conçue par Les Éditions Québec Amérique inc., en collaboration avec plus de 300 médecins et spécialistes. Disponible en librairie www.ikonet.com/fr/sante/ Renseignements : Danielle Girard dgirard@lapresse.ca En ligne sur cyberpresse.ca/espacesante PROMOTION 3

  • Partager
    Page 4

    GREFFES DE CORNÉE UNE AUTRE AVANCÉE MAJEURE DU GÉNIE TISSULAIRE LA GREFFE DE CORNÉE À PARTIR DE CELLULES SOUCHES: BIENTÔT UNE RÉALITÉ Après avoir réalisé des progrès spectaculaires en matière de greffe de peau, le Laboratoire d'organogénèse expérimentale de l'Université Laval (LOEX) - le seul laboratoire au Canada àcultiver des cellules autologues (provenant du patient) in vitro - s'apprête à aller encore plus loin sur la voie de la médecine régénératrice sous la direction de son fondateur le Dr D François A. Auger. En effet, ses équipes entreprendront en effet sous peu des essais cliniques en vue de la greffe de cornée à partir de cellules souches. re D Lucie Germain r François A. Auger Depuis 1985, les équipes scientifiques multidisciplinaires du LOEX se consacrent à la culture cellulaire et à la reconstruction de tissus uniquement à partir de cellules souches prélevées sur des patients, sans l'apport de biomatériaux. Au fil des ans, elles ont réalisé plusieurs premières mondiales : reconstruction complexe d'une bronchiole in vitro en 1996 ; reconstruction d'un vaisseau sanguin entièrement biologique en 1998 ; vascularisation d'une peau reconstruite en 1998. Et maintenant, la cornée. La reconstruction d'une cornée complète composée de ses trois couches - l'épithélium, le stroma et l'endothélium - à partir de cellules humaines normales en 2010, ainsi que la production par génie tissulaire d'un stroma cornéen aligné en 2009 sont des découvertes importantes dans le domaine du génie tissulaire cornéen. Vous avez plus de 40 ans *Vous avez de la difficulté avec voslunettes double foyer *Vous aimeriezpouvoir lirevotremenu au restaurant sans lunettes Le «Laser Blended Vision» deZeiss est la solution àvotreproblème de presbytie. (Lasik sans lame Visumax) Dr.Michel Podtetenev 20 ans d'expérience 514 750-2001 www.focusvision.ca 1PlaceduCommerce,Bureau 435, Île-des-Sœurs H3E 1A2 «Nous pouvons déjà reconstruire l'épithélium des cornées en cultivant les cellules épithéliales contenant les cellules souches. Il s'agit maintenant de procéder à des greffes sur des personnes dont l'épithélium - la partie extérieure de la cornée - a été affecté par une blessure ou une maladie et qui ne peuvent pas voir parce que ce tissu est devenu opaque », explique la D re Lucie Germain, coordonnatrice scientifique du LOEX et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cellules souches et génie tissulaire. En cultivant in vitro des cellules épithéliales prélevées dans l'œil valide d'un patient, on pourra donc bientôt reconstruire un épithélium et le lui greffer, redonnant ainsi la vision à son œil atteint. Il s'agit d'un processus relativement rapide, puisqu'il faut environ deux semaines pour reconstruire un épithélium, qui est un tissu assez mince. «Ce sont les besoins cliniques qui dictent nos recherches. Des ophtalmologistes nous ont contacté pour nous faire part du grand nombre de personnes à traiter pour des brûlures aux yeux ou des déficiences en cellules souches et pour qui la greffe de cornée, provenant des banques d'yeux, ne fonctionne pas», souligne Lucie Germain. Les premiers essais cliniques à venir porteront sur la greffe d'épithélium cornéen reconstruit contenant les cellules souches post-natales. Compte tenu des besoins, la possibilité, dans un avenir prévisible, de greffer un épithélium à des patients constituera une avancée considérable.

  • Partager
    Page 5

    L' ŒIL L'œil, ou globe oculaire, est une sphère d'environ 2,5 cm de diamètre, insérée dans l'orbite. Il est formé de plusieurs couches de tissus entourant une substance gélatineuse et transparente, le corps vitré. Corps ciliaire Les muscles qui constituent le corps ciliaire modifient la courbure du cristallin en se contractant plus ou moins selon la distance de l'objet regardé. Iris L'iris, la partie colorée de l'œil, est constitué de muscles dont la contraction et la dilatation réflexes font varier le diamètre de la pupille. Cornée La cornée est une membrane transparente et bombée. Elle dévie les rayons lumineux vers l'intérieur de l'œil. Pupille La pupille est l'ouverture circulaire située au centre de l'iris et par laquelle la lumière entre dans l'œil. Cristallin Le cristallin est un disque fibreux, transparent et flexible. La modification de sa courbure permet de focaliser sur la rétine l'image d'objets situés à des distances variées. Corps vitré Le corps vitré, composé principalement d'eau, aide à maintenir la forme de l'œil. LA PUPILLE La contraction ou la dilatation des muscles lisses qui composent l'iris augmente ou réduit le diamètre de la pupille, régulant ainsi la quantité de lumière qui entre dans l'œil. Ce mécanisme permet d'optimiser la perception visuelle en fonction de la luminosité ambiante. Conjonctive La conjonctive est une muqueuse transparente qui recouvre la face antérieure de l'œil, à l'exception de la cornée, et qui produit un mucus lubrifiant. Faible luminosité Lorsque la luminosité ambiante est faible, le diamètre de la pupille augmente. Muscle oculomoteur Les muscles oculomoteurs, au nombre de six, contrôlent les mouvements de l'œil dans son orbite. Macula La macula est une petite zone de la rétine particulièrement sensible aux couleurs et essentielle à la précision de la vision. Choroïde La choroïde est une membrane riche en vaisseaux sanguins. Sclérotique La sclérotique est un tissu blanc et opaque qui protège et soutient la structure de l'œil. PROMOTION Nerf optique Le nerf optique est formé par le regroupement des fibres nerveuses issues de la rétine. Vaisseau sanguin Rétine La rétine est la membrane interne de l'œil, entourant le corps vitré. Elle est richement vascularisée et composée de millions de photorécepteurs, des cellules capables de transformer la lumière en influx nerveux. Forte luminosité Lorsque la luminosité ambiante est forte, le diamètre de la pupille diminue. 5

  • Partager
    Page 6

    LE MÉCANISME DE LA VISION 6 PROMOTION Le mécanisme de la vision se déroule en plusieurs étapes. La cornée et le cristallin, les lentilles de l'œil, dévient l'image de l'objet regardé de manière à en projeter une image nette sur la rétine. Les photorécepteurs de la rétine transforment alors le signal lumineux en signal nerveux, transmis au cerveau par le nerf optique. Le cortex visuel, région du cerveau impliquée dans la vision, analyse ensuite les signaux nerveux, ce qui permet de percevoir la forme, la couleur, le relief, la distance et le mouvement des objets. Objet Cornée La cornée dévie fortement les rayons lumineux. Rayons lumineux Cristallin De courbure variable, le cristallin dévie plus ou moins les rayons lumineux. Image perçue par l'œil gauche Objet réel Nerfs optiques Image reconstruite Les images perçues par les deux yeux sont combinées par le cortex visuel pour n'en former qu'une seule en trois dimensions. Corps vitré Rétine Nerf optique Image sur la rétine Dans l'œil, une image inversée de l'objet se forme sur la macula, au centre de la rétine. C'est le cortex cérébral qui décode cette image et permet de la percevoir à l'endroit. L'ACCOMMODATION L'accommodation est la capacité de voir un objet net, quelle que soit la distance à laquelle il se trouve. Elle est réalisée par l'ajustement réflexe de la courbure du cristallin. LA VISION STÉRÉOSCOPIQUE La vision stéréoscopique est la faculté de percevoir les objets en trois dimensions, donc de saisir la profondeur et le relief de l'environnement visuel. Elle est possible grâce à la perception, par les deux yeux, de deux images légèrement différentes et par leur combinaison en une seule image par le cerveau. Image perçue par l'œil droit Les images formées sur la rétine de chaque œil ne sont pas identiques car l'objet est perçu sous un angle légèrementdifférent. Cortex visuel Le cortex visuel analyse les signaux nerveux transmis par les nerfs optiques.

  • Partager
    Page 7

    LES AMÉTROPIES Les amétropies, souvent dues à une malformation congénitale, sont des troubles de la vision caractérisés par l'incapacité de l'œil à focaliser correctement l'image d'un objet sur la rétine. Elles comprennent la myopie, l'hypermétropie et l'astigmatisme. La presbytie n'est pas à proprement parler une amétropie, mais un phénomène naturel lié au vieillissement. La plupart des cas d'amétropie peuvent être corrigés soit par le port de lunettes ou de lentilles cornéennes, soit par la chirurgie. LA MYOPIE La myopie est due à la longueur excessive du globe oculaire, à une courbure excessive de la cornée ou à une anomalie du cristallin. Elle entraîne une vision floue des objets lointains, mais n'affecte pas la vision de près. La myopie apparaît généralement au début de l'adolescence et se stabilise à l'âge adulte. Une très forte myopie augmente le risque de développer certaines maladies de l'œil, comme la cataracte ou le décollement de la rétine. Les myopes doivent donc se soumettre régulièrement à des examens de routine. Focalisation L'image d'un objet lointain se focalise devant la rétine. Cornée Cristallin Œil myope Rétine Les récepteurs de la rétine perçoivent une image floue. Globe oculaire trop long L'ASTIGMATISME L'astigmatisme résulte de l'irrégularité de la courbure de la cornée. Il entraîne une déformation de l'image et des défauts de vision à toutes les distances. Souvent d'origine héréditaire, il peut aussi être causé par une blessure, une opération chirurgicale de la cataracte ou un kératocône, une maladie génétique qui entraîne une malformation progressive de la cornée. LA PRESBYTIE La presbytie, ou presbyopie, est la diminution du pouvoir d'accommodation du cristallin liée au vieillissement. Elle survient généralement à partir de 40 ans et se manifeste surtout par des difficultés à voir net à faible distance (pour lire par exemple), tandis que la vision de loin demeure habituellement bonne. La presbytie peut s'accompagner de maux de tête et de fatigue visuelle. Corps ciliaire Avec l'âge, les muscles du corps ciliaire s'affaiblissent, ce qui réduit la capacité de déformation du cristallin. Cristallin La diminution de capacité de déformation du cristallin réduit son pouvoir d'accommodation (qui permet normalement de voir un objet net, quelle que soit sa distance). Œil presbyte PROMOTION Focalisation La focalisation de l'image a lieu derrière la rétine. Rétine L'HYPERMÉTROPIE L'hypermétropie est causée par une longueur insuffisante du globe oculaire, une cornée trop plate ou une anomalie du cristallin. L'image se focalise derrière la rétine, ce qui se traduit par un défaut de vision à courte distance. Si elle est modérée, l'hypermétropie est corrigée naturellement par le cristallin, mais elle peut provoquer des maux de tête. Chez les enfants, elle est une cause de strabisme et peut entraîner une baisse de l'acuité visuelle. 7

  • Partager
    Page 8

    LES INFLAMMATIONS DE L'ŒIL 8 PROMOTION L'œil peut être agressé de nombreuses manières : infections, traumatismes, allergies, corps étranger. Il en résulte une inflammation, qui peut toucher diverses parties de l'œil. Certaines inflammations sont bénignes et faciles à traiter, tandis que d'autres peuvent persister et conduire à une baisse de l'acuité visuelle, voire à la cécité. LA INFLAMMATIONS DES PAUPIÈRES Les paupières sont sujettes à plusieurs types d'inflammations bénignes incluant l'orgelet, la blépharite et le chalazion. L'orgelet est un furoncle douloureux formé sur la paupière et causé par l'infection bactérienne du follicule pileux d'un cil. La blépharite est une inflammation du bord de la paupière due à une infection bactérienne ou à une surproduction de sébum. Elle provoque rougeur, larmoiement et gêne. Le chalazion, dont l'origine est mal connue, est caractérisé par l'inflammation d'une glande sébacée de la paupière et l'accumulation de ses sécrétions dans la paupière. Il se manifeste par une petite masse sous la peau, qui peut être incisée si elle est volumineuse ou ne disparaît pas. Les inflammations des paupières provoquées par une infection peuvent être traitées à l'aide d'une pommade antibiotique. Conjonctive rouge Paupière gonflée LES UVÉITES L'uvéite est une inflammation de l'enveloppe vascularisée de l'œil (uvée), qui est composée de l'iris, du corps ciliaire et de la choroïde. On distingue les iridocyclites (inflammations de l'iris et du corps ciliaire), les choroïdites (inflammations de la choroïde) et les panuvéites, qui touchent l'ensemble de ces tissus. L'iridocyclite, dont la cause exacte est souvent difficile à déterminer, entraîne une rougeur sur le pourtour de la cornée, la déformation de la pupille, une baisse de l'acuité visuelle, des douleurs et une intolérance à la lumière. La choroïdite se manifeste par une plaque blanchâtre, visible lors de l'examen du fond de l'œil, qui trouble la vision. Souvent liée à une maladie infectieuse, elle peut provoquer une inflammation grave de la rétine (rétinite). Orgelet LA CONJONCTIVITE La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive causée par une allergie, une infection (virale ou bactérienne) ou la présence d'un corps étranger. Elle entraîne une rougeur de la conjonctive, un gonflement des paupières, un larmoiement, des picotements, et, dans le cas d'une infection bactérienne, des sécrétions purulentes très contagieuses. L'irritation peut pousser le patient à se frotter l'œil, au risque de provoquer une kératite. La conjonctivite est traitée au moyen d'anti-inflammatoires, d'antibiotiques ou d'antiallergiques, selon la cause. LA KÉRATITE La kératite est une inflammation de la cornée qui peut être causée par une infection, une allergie, un traumatisme, une brûlure ou une exposition à la lumière vive. Elle se caractérise par une baisse de l'acuité visuelle, une rougeur de l'œil, un larmoiement, des douleurs et une sensibilité accrue à la lumière. La kératite doit être traitée rapidement pour éviter la perforation de la cornée.

  • Partager
    Page 9

    LA CATARACTE La cataracte est une maladie oculaire fréquente liée au vieillissement. Elle est caractérisée par l'opacification progressive du cristallin de l'œil, qui est normalement transparent. La plupart des personnes de plus de 65 ans présentent un cristallin plus ou moins opacifié. D'autres types de cataractes sont héréditaires ou découlent d'un traumatisme, d'une maladie (diabète, hypothyroïdie) ou d'une infection survenue pendant la grossesse. La cataracte peut toucher un seul œil ou les deux yeux. Si elle n'est pas opérée, elle conduit à la cécité. LES EFFETS DE LA CATARACTE Le cristallin est constitué d'un noyau fibreux enveloppé dans une capsule. Normalement, les fibres du noyau sont organisées de façon à ce que le cristallin soit transparent. La cataracte a pour effet de désorganiser ces fibres, ce qui entraîne l'opacification du cristallin, qui ne peut plus jouer son rôle de lentille. Seule une partie de la lumière atteint alors la rétine et la vision est embrumée. LE TRAITEMENT DE LA CATARACTE Le seul traitement efficace de la cataracte consiste à retirer chirurgicalement le cristallin affecté à l'aide d'une sonde à ultrasons. L'intervention, réalisée le plus souvent sous anesthésie locale, dure une trentaine de minutes. La destruction du cristallin entraîne une hypermétropie très forte qui est généralement corrigée par l'implantation d'une lentille artificielle souple. La vision s'améliore rapidement, mais le port de lunettes ou de lentilles cornéennes demeure souvent nécessaire pour combler le défaut résiduel de mise au point. Cristallin opacifié Sonde à ultrasons Noyau du cristallin La sonde fragmente le noyau opacifié du cristallin et en aspire les débris. Ablation chirurgicale du cristallin Incision de la cornée Une petite incision de la cornée, d'environ 3mm, permet d'introduire une sonde jusqu'au cristallin. La cornée cicatrise en quelques semaines, généralement sans douleur. PROMOTION LA CATARACTE SYMPTÔMES: Baisse d'acuité visuelle, surtout de loin. Vision embrouillée. TRAITEMENTS: Ablation chirurgicale du cristallin, habituellement remplacé par une lentille artificielle. Capsule du cristallin La partie antérieure de la capsule est détruite, mais sa partie postérieure est préservée afin de protéger l'arrière de l'œil et pour servir de support à une éventuelle lentille artificielle. 9

  • Partager
    Page 10

    LE GLAUCOME 10 PROMOTION Le glaucome est caractérisé par l'augmentation de la pression à l'intérieur de l'œil, le plus souvent causée par l'accumulation de liquide (humeur aqueuse) entre la cornée et le cristallin. La maladie provoque la dégénérescence du nerf optique et peut mener à la cécité. Le glaucome présente plusieurs formes et touche 1%à 2%de la population. Son traitement consiste à faire baisser la pression dans l'œil à l'aide de collyres. Une intervention chirurgicale peut aussi être pratiquée pour rétablir l'évacuation de l'humeur aqueuse. LES TYPES DE GLAUCOME On distingue deux formes principales de glaucome. Le glaucome à angle ouvert, ou glaucome chronique, est la forme la plus fréquente (80 % des cas). Causé par l'obstruction de la voie d'évacuation (trabéculum) de l'humeur aqueuse, il apparaît progressivement, le plus souvent après l'âge de 45 ans, et touche généralement les deux yeux. D'abord asymptomatique, le glaucome à angle ouvert réduit ensuite graduellement l'acuité visuelle et mène à la cécité s'il n'est pas traité. Plus rare, le glaucome à angle fermé, ou glaucome aigu, survient soudainement et n'affecte qu'un seul œil. Il est dû à l'étroitesse anormale de l'angle entre l'iris et la cornée, qui empêche l'évacuation de l'humeur aqueuse. Déclenché par un facteur anodin, comme la dilatation de la pupille, le glaucome à angle fermé menace le nerf optique en quelques heures et doit donc être traité en urgence. Humeur aqueuse L'humeur aqueuse est un liquide nutritif produit par le corps ciliaire de l'œil. Elle circule entre le cristallin et la cornée puis est évacuée dans la circulation sanguine en traversant un tissu fibreux qui en régule le débit, le trabéculum. Un défaut d'évacuation entraîne l'accumulation du liquide et une augmentation de la pression à l'intérieur de l'œil (glaucome). Cristallin Cornée Iris Trabéculum Le trabéculum est un tissu situé dans l'angle entre l'iris et la cornée. Il permet l'évacuation de l'humeur aqueuse. Son durcissement progressif provoque un glaucome à angle ouvert. Corps ciliaire LE GLAUCOME Glaucome à angle ouvert SYMPTÔMES: Glaucome chronique : longtemps asymptomatique, puis baisse progressive de l'acuité visuelle. Glaucome aigu : douleur vive survenant brusquement, rougeur de l'œil, baisse de l'acuité visuelle, parfois nausées et vomissements. TRAITEMENTS : Collyres permettant de diminuer la production d'humeur aqueuse ou d'en favoriser l'évacuation par une voie parallèle, chirurgie permettant d'ouvrir une nouvelle voie d'évacuation.


Un moment SVP